Lobbying environnemental - Lobbying dans le secteur des déchets

by Véronique Queffélec on mai 3, 2010

lobbying-environnemental-lobbying-dans-le-secteur-des-dechets

Dossier de lobbying (1991-1992) pour une association professionnelle regroupant les leaders fabricants d’emballages carton pour liquides alimentaires. Traité dans le contexte du développement durable, notion émergente à l’époque.

Sensibilisation des acteurs politiques, administratifs, des journalistes et du grand public à la problématique globale des déchets.

Les divers fabricants  d’emballages de liquides alimentaires, le carton, le verre, les bouteilles plastiques, les cannettes en acier se disputaient le marché des emballages de liquides alimentaires. Le but de cette action était d’inciter à une politique  rationnelle des déchets et d’éclairer le choix des industriels.  Notre action de lobbying a emprunté le vecteur du développement durable. Nous étions les précurseurs. J’ai suivi en 1975 à Paris I un cours de droit de l’Environnement dispensé par Odon Vallet.

Les industriels de l’emballage faisaient tous valoir des qualités spécifiques. Or il était avéré que certaines données étaient inexactes.

Nous avons à l’aide de scientifiques :

- Mis au point une étude comportant des données techniques et scientifiques notamment sur :

  • la durée de vie des divers emballages
  • leur impact global sur l’environnement. Démontrant notamment que le verre et  sa consigne n’étaient pas la panacée contrairement à une idée reçue. Les camions reprenant les  emballages, nécessitaient du carburant  et polluaient. Qu’il fallait utiliser de l’eau et des produits désinfectants pour les nettoyer, etc.

- Identifié les atouts environnementaux des emballages briques

- Analysé  et testé leurs spécificités organoleptiques

- Organisé une campagne d’information et des voyages de sensibilisation parlementaire, ministérielle, afin de montrer in situ comment l’environnement était respecté du début à la fin du processus industriel ; de sa conception jusqu’au recyclage :

  • Pâte à papier sans utilisation de chlore sans émanation polluante,
  • Politique de plantation immédiate là où était coupé un arbre,
  • Respect de l’écosystème,
  • Proximité des usines avec les voies de transport maritime ou autres pour éviter les trajets en camion vecteurs de pollution
  • Transformation dans des usines au bruit atténué (système de protection auditive pour les employés.
  • Recyclage
  • Etc.

- Sensible à l’environnement et à sa protection, conscient  de l’enjeu, le Président de la Commission parlementaire concernée a mandaté une mission et demandé un rapport sur les déchets Contribuant ainsi à une prise de conscience de la fragilité de l’environnement et de la nécessité d’organiser la politique des déchets. Démarche évidente aujourd’hui, mais pas à l’époque. Induisant une loi.

- Le  Ministre de l’Environnement a  sollicité auprès d’ Antoine Riboud un rapport identique induisant une loi.

- Nous avons parallèlement participé aux travaux sur la Directive concernant la gestion des emballages.

- Les parlementaires ont créé :

  • Une mission d’études parlementaires sur les déchets. Elle existe encore.
  • Posé de nombreuses questions écrites sur les déchets (reprise par la PQR et par les associations de consommateurs).

- Parallèlement des actions de communication ont été menées. Pour promouvoir ce type d’emballage auprès :

  • de la grande distribution,
  • des sphères médiatiques,
  • des enfants, création de « Robin des briques ».